Galeries

                             

Expositions

       

Expositions en Sud Isère

A Vif

Du 31 janvier au 7 février 2017 / Salle des fêtes de Vif (près de la mairie) .

     
  Articles parus dans le journal Le Dauphiné - Sud Isère => cliquer sur un article pour le lire      
   
     
           

A Clelles

Du 12 au 21 juillet 2017 / Ferme Bachelard (verniassage le 16 juillet)      
           

A Gresse en Vercors

Du 22 juillet au 6 août 2017 / Salle du Vemont (vernissage le 23 juillet)      

A Propos du Raku

Raku ?   楽焼

Etymologie

Lorsqu'il apparaît en France vers 1880, ce mot japonais est traduit phonétiquement par "rakou". Il désigne une céramique dont la naissance est liée, au XVIe siècle, au développement d'un univers esthétique global, évoqué par le mot "wabi": beauté de l'imperfection, de l'irrégularité, de l'inachevé. Sous l'influence de la pensée bouddhique japonisée, le "wabi" conduit à la cérémonie du thé. Le bol pour le thé et les autres objets en terre nécessaires deviennent un sujet de vénération et de communication.

Une technique très particulière

Les pièces sont façonnées en terre argileuse chamottée (La chamotte, ou tesson broyé, est une argile brute cuite à une température de 1300 - 1400 °C, puis broyée et tamisée).

Une première cuisson est faite à 980 ° dans un four électrique. On obtient un "dégourdi" ou "biscuit", c'est à dire une pièce en terre nue.

Cette pièce peut être recouverte d'émail blanche, translucide ou de différentes couleurs. Certaines parties de la pièce ne sont pas recouvertes, de façon à les laisser nues.

Une seconde cuisson "rapide" est réalisée dans un four spécial fonctionnant au gaz. La pièce est montée en température vers 950 ° de façon à ce que l'émail déposée puisse fondre et se vitrifier.

A cette température de 950 ° le four est ouvert et la pièce sortie à l'aide de pinces métalliques.

La pièce est alors placée dans un récipient contenant  un mélange de feuilles, de copeaux de bois, ou de la sciure de bois. Le mélange s'enflamme instantanément et dégage une épaisse fumée noire. Le récipient est alors fermé par un couvercle, et la pièce va subir une "réduction", et un choc thermique. La réduction va révéler les différentes couleurs de l'émail, et le choc thermique va provoquer des micro fissures dans l'émail (trésaillage).

Le carbone contenu dans la fumée va pénétrer ces micro fissures et noircir les parties non émaillées de la pièce.

Après plusieurs minutes  la pièce est sortie encore très chaude et plongée dans un bac d'eau froide, pour achever son élaboration. La pièce est ensuite lavée pour ôter toutes traces de calamine.

La manipulation des pièces très chaudes est délicate, et le moindre choc peut provoquer la casse de l'objet.

Les effets obtenus sont très variés, et assez aléatoires. De ce fait, chaque pièce est unique.
 
                                            

 

Autres liens